Pape François en Hongrie : opération reconquête

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·2 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Une visite en terre de mission… La ferveur des catholiques de Hongrie n’a pas empêché le Souverain Pontife de dénoncer la politique migratoire de leur pays. Lors de son court séjour à Budapest, François a choisi de délivrer un message de tolérance face au Premier ministre, Viktor Orban : « Vous êtes attachés à vos racines, mais soyez ancrés et ouverts ! » Notre reporter, qui l’accompagnait, l’a constaté : malgré une lourde opération il y a deux mois, il n’a rien perdu de sa vigueur ni de sa conviction quand il s’agit de porter ses valeurs.

Il était 6 heures du matin quand l’avion du Souverain Pontife a décollé. Un marathon de quatre jours a suivi, commencé par une visite express à Budapest. Le Saint-Père a été reçu de façon protocolaire par le président de la République, Janos Ader, et son Premier ministre, Viktor Orban. François leur a accordé trente minutes à peine, non pas en raison d’une éventuelle fatigue mais parce qu’il ne partage guère leurs idées. Face à Orban, le Pape a appelé à cultiver « le rêve d’une société fraternelle », dans un pays qui légifère contre l’homosexualité et rejette les migrants. Entretien avec les évêques locaux, messe de clôture du 52e Congrès eucharistique international sur la place des Héros… Quatre allocutions prononcées dès ce premier jour : le pape François n’a pas perdu de temps avant de s’envoler pour la Slovaquie, à 200 kilomètres de là.

Sur place, tête-à-tête avec la présidente de la République, Zuzana Caputova, discours aux autorités locales, rencontres avec les évêques, prêtres, religieux, séminaristes et catéchistes dans la cathédrale Saint-Martin de Bratislava, puis avec les jésuites du pays à la nonciature, avant une visite privée au Centre Bethléem pour les sans-abri et un moment intense avec la communauté juive. Le pape argentin, entouré de son cardinal secrétaire d’État, Pietro Parolin, de son ministre des Affaires étrangères, monseigneur Paul Richard Gallagher, de son archiatre (c’est le terme désignant son médecin personnel), du reste de sa suite et de deux infirmiers, s’est ensuite rendu à Presov, puis à Kosice pour réconforter les Roms, autre communauté persécutée sous les régimes totalitaires…

Sa Sainteté a la santé

Avec un total de 22 manifestations, ce périple peut sans conteste être qualifié(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles