Pas de panique, en Espagne les bébés portent le nom du père et de la mère, et ça se passe bien

·1 min de lecture

Au pays d'Isabelle la Catholique, tout le monde porte deux noms de famille depuis des siècles. Cet usage ressemble au système que propose le collectif Porte mon nom, relayé par le député Patrick Vial, qui a sollicité une réforme en ce sens début juin.

 «Si, comme en France, mon nom de famille avait dû disparaître de celui de mes enfants, ça aurait été une grosse dispute pour savoir quel patronyme ils porteraient!» Toute sa vie, Melisa Tuya a porté le sien avec fierté. Un nom peu commun en Espagne, originaire des Asturies, région montagneuse verdoyante dans le nord du pays. Mais de l'autre côté des Pyrénées, on attribue deux noms de famille aux nouveau-nés. Celui du père, puis celui de la mère. Ou vice versa, même si c'est plus rare.

Un système assez proche de celui que propose le député LREM Patrick Vial. Il a transmis un dossier au ministère de la Justice pour demander une réforme en ce sens, mardi 1er juin. Le but ? Corriger un fonctionnement qui fait qu'en 2019, 81,4% des nouveau-nés portaient uniquement le nom de leur père sur le territoire français. C'est ce que demande le collectif Porte mon nom, incarné par la médiatique Marine Gatineau Dupré, à l'origine de l'initiative.

«Le système espagnol est bien plus égalitaire que celui d'autres pays dans lesquels le nom de famille de la mère disparaît», tranche Ana Hernández, présidente de la Coordination des organisations de femmes pour la participation et l'égalité.

«Je suis une grande défenseuse des deux noms de famille. De cette manière, les deux progéniteurs comptent. Sinon, on dirait que l'un des deux disparaît», note Melisa Tuya, 45 ans. Journaliste et mère de deux enfants, elle tient un blog sur lequel elle évoque très ouvertement son expérience sur le sujet.

Lire la suite sur Slate.fr

Ce contenu peut également vous intéresser :