Pandémie : les fans de films de zombies étaient mieux préparés

Par LePoint.fr
·1 min de lecture
Spécialisé dans l’étude de la psychologie de l’horreur, Coltan Scrivner estime que les zombies sont « presque par définition des pandémies » (illustration).
Spécialisé dans l’étude de la psychologie de l’horreur, Coltan Scrivner estime que les zombies sont « presque par définition des pandémies » (illustration).

Bonne nouvelle pour les fans de Rick Grimes, le personnage principal de The Walking Dead. Une étude publiée début janvier par la revue Personality and Individual Differences et relayée par Slate montre que les admirateurs de films d'horreur, notamment de films de zombies, étaient mieux préparés à la pandémie de Covid-19.

En interrogeant environ 300 personnes, les chercheurs, dont un psychologue et professeur de l'université d'État de Pennsylvanie et des experts danois, montrent que les amateurs de morbide, et particulièrement de morts-vivants, souffrent moins de détresse psychologique depuis le début de la crise sanitaire.

Les zombies sont « presque des pandémies »

Coltan Scrivner, l'un des chercheurs ayant participé à l'étude, explique à Slate que les adeptes de films d'horreur « avaient le sentiment de savoir ce qu'il fallait acheter pour survivre à la pandémie ». Grâce à cet avantage, ils n'ont pas été « pris par surprise ». Les similitudes entre la crise sanitaire et ce type de films sont nombreuses.

À LIRE AUSSIEn temps de pandémie, pas de Festival de Cannes sans zombies

Spécialisé dans l'étude de la psychologie de l'horreur, Coltan Scrivner estime que les zombies sont « presque par définition des pandémies ». Dans les séries ou films où ils entrent en scène, les morts-vivants, contaminés, tentent d'infecter à leur tour les personnes saines. Fuyant une morsure mortelle, les rescapés vivent dans la peur d'être à leur tour transformés en zombies.

Améliorer se [...] Lire la suite