Pandémie. Les États-Unis s’arment d’un troisième vaccin pour lutter contre le Covid-19

Courrier international (Paris)
·1 min de lecture

Et de trois. Après Pfizer/BioNTech et Moderna en décembre, le géant pharmaceutique américain Johnson & Johnson a reçu samedi l’autorisation de distribuer son vaccin aux États-Unis, où la campagne de vaccination s’accélère.

“L’agrément du troisième vaccin arrive quelques jours après le franchissement du seuil déchirant de 500 000 morts dans le pays”, relève The Daily Beast. “Il arrive aussi à un moment où les experts mettent en garde contre la récente décrue du nombre de cas de Covid, susceptible de provoquer une fausse sensation de sécurité et un relâchement prématuré des restrictions, alors que les nouveaux variants entraînent des risques supplémentaires”.

Après des débuts poussifs, la campagne de vaccination aux États-Unis s’accélère de jour en jour. CNN rapporte que “vendredi 26 février, il y a eu 2,2 millions de vaccinations de plus que la veille”, portant à 70,5 millions le nombre total de doses administrées depuis le début de la campagne. “Avec la propagation des variants, qui menace de faire repartir le nombre de cas à la hausse, les autorités espèrent prendre le virus de vitesse en augmentant encore le rythme des vaccinations”, précise la chaîne d’information.

Le vaccin de Johnson & Johnson, jusqu’ici seulement déployé en Afrique du Sud, s’avérera une arme déterminante pour atteindre cet objectif. Plus facile à stocker que les produits de Moderna et Pfizer – un réfrigérateur classique suffit – et formulé en une seule dose – contre deux pour ses concurrents –, le nouveau venu est taillé pour la vaccination de masse.

CNBC précise que “près de 4 millions de doses du vaccin de Johnson & Johnson seront distribuées la semaine prochaine aux États, aux pharmacies et aux centres de santé

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :