Paludisme: la situation se stabilise, mais de nouveaux risques émergent, selon l'OMS

GETTY/DEA PICTURE LIBRARY

L'OMS présente, ce jeudi 8 décembre, son dernier rapport sur le paludisme : 619 000 personnes sont mortes du paludisme en 2021 et 247 millions en sont atteintes. Après une détérioration nette de la situation en 2020 à cause du Covid-19, la situation se stabilise, mais ne revient pas à des niveaux pré-pandémiques. On est loin des objectifs fixés par la communauté internationale, d'autant plus que de nombreux nouveaux risques émergent.

La pandémie de Covid-19 affecte toujours la lutte contre le paludisme. Mais alors que la situation est déjà compliquée, l'OMS observe plusieurs nouveaux signaux inquiétants, notamment concernant les moustiquaires imprégnées, l'un des principaux moyens de prévention.

« Les moustiquaires imprégnées ont été, pendant de nombreuses années, l'outil le plus efficace pour réduire les contaminations, explique Abdisalan Noor de l'OMS. On en a distribué près de 2,5 milliards depuis l'an 2000, mais depuis on observe une résistance généralisée des moustiques à l'insecticide utilisé. Cela affecte leur efficacité. De nouvelles avec d'autres produits sont désormais validés par l'OMS. Elles nous permettront de limiter ce phénomène, mais elles sont plus chères et affecteront nos ressources. »

Les programmes nationaux fonctionnent

Les moustiques deviennent également plus résistants aux traitements. Une nouvelle espèce asiatique se répand sur le continent africain, notamment dans les villes épargnées jusqu'à présent.

►À lire aussi : Au Sénégal, la hausse des cas de paludisme à Dakar inquiète les autorités


Lire la suite sur RFI