Les palpitations du cœur de Saturne font vibrer ses anneaux

·2 min de lecture

Utilisés comme un sismomètre géant, les anneaux de la géante gazeuse révèlent de surprenants résultats sur les entrailles de la planète. Contrairement à ce que les scientifiques pensaient, le noyau de Saturne serait en effet gigantesque, diffus et pâteux.

FASCINANTES STRUCTURES. Les anneaux de Saturne sont l’un des plus beaux joyaux du Système solaire. Ils sont composés essentiellement de glaces d’eau mais contiennent également des roches et de fines poussières. Les plus grands mesurent plusieurs centaines de milliers de kilomètres de diamètre et sont suffisamment brillants pour être observés avec des jumelles – la forme allongée qu’ils confèrent à la géante gazeuse tout du moins. Or en étudiant les ondulations qui se propagent le long de ces fascinantes structures, deux chercheurs de l’Institut de technologie de Californie (Etats-Unis) ont fait de . Ils ont réalisé que ces tremblements fournissaient des informations inédites sur les viscères de la planète : la nature de son noyau en particulier, qui serait "boueux" et beaucoup plus volumineux qu’escompté. Un résultat qui soulève de nouvelles et importantes interrogations sur la manière dont Saturne se serait formée il y a 4,6 milliards d’années.

Des rides et petits tourbillons

L’idée selon laquelle les mouvements internes de Saturne pourraient faire vibrer ses anneaux remonte au début des années 1990. Mais ce n’est qu’en 2013 que des preuves formelles sont avancées. La sonde de la Nasa Cassini, qui étudiait le système saturnien depuis 2004 (et qui en 2017), observe alors des rides et de petits tourbillons le long des anneaux les plus internes (les anneaux "D" et "C"), motifs qui ne pouvaient être expliqués par l’influence gravitationnelle des nombreuses lunes de Saturne. Ils seraient produits, plutôt, par des modifications locales du champ gravitationnel de la planète, elles-mêmes générées par des sortes de convulsions dans les entrailles de Saturne.

Vue d’artiste de la sonde Cassini en orbite autour de la planète Saturne. Crédit Nasa

Une technique inspirée de la sismologie

Cherchant à en savoir davantage, les chercheurs californiens ont analysé ces motifs aussi scrupuleusement que possible et en utilisant une approche originale. "Nous avons utilisé les anneaux [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles