Gaza: un combattant tué par Israël, son corps ramassé par un bulldozer

1 / 2
Des Palestiniens mettent le feu à des pneus près de la barrière entre la bande de Gaza et Israël, le 23 février 2020

Gaza (Territoires palestiniens) (AFP) - Le Jihad islamique a revendiqué dimanche soir des tirs de roquettes vers Israël depuis la bande de Gaza après que l'armée israélienne a abattu l'un de ses membres soupçonné de préparer une attaque, puis récupéré son corps en territoire palestinien à l'aide d'un bulldozer.

Peu après les tirs de roquettes, l'armée israélienne a dit avoir frappé des "sites terroristes du Jihad islamique" dans la bande de Gaza.

Des sources de sécurité palestiniennes ont indiqué que l'armée de l'air israélienne avait frappé à plusieurs reprises une base du groupe palestinien armé dans le nord de l'enclave sous blocus. Elles n'ont pas fait état de victime dans l'immédiat.

L'armée israélienne avait indiqué dimanche matin avoir ouvert le feu sur "deux terroristes" qui "tentaient de placer un engin explosif à proximité" de la barrière séparant la bande de Gaza d'Israël, côté palestinien.

Dans la foulée, "un bulldozer de l'armée a récupéré le corps de l'un des assaillants", a précisé à l'AFP une porte-parole de l'armée.

Selon un journaliste de l'AFP sur place, des Palestiniens se sont approchés pour tenter de récupérer la dépouille de l'assaillant présumé avant qu'un bulldozer ne s'approche, ramasse le corps inerte et retourne en direction de la barrière frontalière.

Une vidéo de l'incident, authentifiée par l'AFP, circulait d'ailleurs en boucle dimanche sur les réseaux sociaux palestiniens, de même que celle d'un autre bulldozer utilisé récemment en Cisjordanie occupée pour disperser des manifestants.

Le Jihad islamique, groupe islamiste armé présent à Gaza et qui ne bénéficie pas d'une trêve avec Israël contrairement au mouvement Hamas au pouvoir dans cette enclave, a identifié la victime comme étant Mohammed Al-Naem, 27 ans, membre des brigades Al-Qods, sa branche armée.

D'après l'armée israélienne, qui a diffusé de son côté dimanche des images d'hommes déposant un engin explosif le long de la barrière, le Jihad islamique est "impliqué dans deux tentatives précédentes de placer des engins explosifs artisanaux près de la barrière ces derniers mois".

Un porte-parole du Jihad islamique a appelé à venger la mort de l'un de ses membres et le déploiement d'un bulldozer israélien à Gaza, d'où l'armée israélienne s'est retirée en 2005.

Dimanche soir, le Jihad islamique a revendiqué des "tirs de roquettes" en direction de localités israéliennes entourant la bande de Gaza afin de "venger" le "martyre" d'un de ses combattants.

"Il y a eu 20 tirs (de roquettes, ndlr) depuis Gaza vers le territoire israélien. Le système de défense antimissile Dôme de fer a intercepté dix d'entre eux", a indiqué l'armée israélienne, sans faire état, dans un premier bilan, de victimes.

- Monnaie d'échange -

Plus tôt, un journaliste de l'AFP à Gaza a vu un char israélien accompagner le bulldozer qui récupérait le corps du Palestinien. Des coups de feu ont été entendus. Deux personnes ont été blessées sur place par des tirs israéliens, a rapporté le ministère de la Santé à Gaza.

Dans une vidéo tournée par l'AFP, des dizaines de Palestiniens ont transporté sur une civière un homme blessé le long de la barrière.

Israël garde les corps des Palestiniens pour s'en servir comme monnaie d'échange avec le Hamas, mouvement islamiste au pouvoir dans l'enclave depuis 2007 et avec qui l'Etat hébreu a livré trois guerres.

Du point de vue israélien, "le risque d'une escalade (militaire) à Gaza cette année est de plus de 50%", a indiqué une source proche du dossier.

Israël impose depuis plus de dix ans un blocus sur le territoire palestinien qu'il justifie par la nécessité de contenir le Hamas, qu'il tient pour responsable de toute attaque venant de l'enclave.

Deux millions de Palestiniens habitent dans l'enclave éprouvée par les conflits, la pauvreté et le blocus, et coincée entre Israël, l'Egypte et la mer Méditerranée.