Le paléontologue Yves Coppens, passeur d’histoire et codécouvreur de l’australopithèque Lucy, est mort

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
© AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Pour le grand public, il était le père de la célèbre australopithèque Lucy. Le paléontologue français Yves Coppens, découvreur de plusieurs fossiles d’hominidés, est décédé mercredi à l’âge de 87 ans. C’est son éditrice, Odile Jacob, qui a annoncé sa disparition : « Yves Coppens nous a quittés ce matin. Ma tristesse est immense », a-t-elle écrit sur Twitter. « Je perds l’ami qui m’a confié toute son œuvre. La France perd un de ses grands hommes », a ajouté l’éditrice, qui salue « un très grand savant » et loue « sa bienveillance, sa gentillesse, son humour, sa fidélité, son érudition [qui] n’avaient d’égales que son talent d’écrivain, de conteur, d’essayiste ». La maison d’édition a ensuite précisé que le scientifique était mort des suites d’une longue maladie.

Né en 1934 à Vannes d’un père physicien nucléaire et d’une mère pianiste, Yves Coppens s’est passionné dès l’enfance pour la préhistoire, l’archéologie et les fouilles. « Dès l’âge de sept ou huit ans, j’ai eu envie de devenir archéologue », racontait-il en 2016 à l’AFP. Docteur en paléontologie, il effectue sa thèse sur les « proboscidiens », les mammifères à trompe dont il ne reste aujourd’hui que les éléphants. Cet objet d’étude le conduit à mener des expéditions à la recherche de fossiles en Afrique, dès les années 1960.

Par la suite, Yves Coppens réalise plusieurs découvertes de fossiles notables. En novembre 1974, dans le cadre d’une expédition qu’il dirige avec son ami géologue Maurice Taieb et le paléoanthropo...


Lire la suite sur LeJDD

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles