Les Pakistanais invités à consommer moins de thé pour faire des économies

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
PHOTO AAMIR QURESHI/AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

En période de crise, il n’y a pas de petites économies. Telle doit être la philosophie d’Ahsan Iqbal, ministre de la Planification, du Développement et des Initiatives spéciales du Pakistan. Comme le rapporte CNN, le ministre s’est fendu d’une déclaration pour le moins singulière, mardi 14 juin, lorsqu’il a invité ses compatriotes à réduire leur consommation de thé d’“une ou deux tasses”. “Nous importons du thé en empruntant de l’argent”, a argumenté Iqlab, qui espère donc réduire les importations de son pays.

Celles-ci sont loin d’être anecdotiques, précise le site de la chaîne américaine, puisque “avec des achats d’une valeur de 640 millions de dollars en 2020, ce pays asiatique qui compte 220 millions d’habitants est le premier pays importateur de thé du monde”. Or la gravité de la crise économique actuelle est telle qu’Islamabad songe à faire des économies même sur ce populaire breuvage.

“Les réserves de devises étrangères du Pakistan diminuent rapidement, détaille CNN, et les fonds détenus par la banque centrale sont passés de 16,3 milliards de dollars fin février à un peu plus de 10 milliards de dollars en mai. Une baisse de plus de 6 milliards de dollars, somme qui aurait été suffisante pour couvrir le coût global de deux mois d’importations du pays.”

Le contexte économique difficile a déjà contribué au renversement du gouvernement d’Imran Khan, en avril. Désormais, il pousse le nouveau Premier ministre, Shehbaz Sharif, à mener une politique d’“austérité”, selon les mots du principal intéressé.

“Le mois dernier, rappelle ainsi le média américain, le Pakistan a banni l’importation des biens de luxe non essentiels afin de ‘contrôler la spirale de l’inflation, stabiliser les réserves de devises étrangères, renforcer l’économie et réduire la dépendance du pays aux importations’, a déclaré la ministre de l’Information, Marriyum Aurangzeb, le 19 mai.

L’invitation à limiter la consommation de thé n’est donc qu’une des nombreuses mesures prises par le gouvernement pour enrayer la crise. Voilà qui n’a pas empêché de nombreux internautes de moquer la proposition d’Ahsan Iqbal sur les réseaux sociaux.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles