PAKISTAN. Quand les talibans recrutent des journalistes

Les talibans pakistanais, responsables d'attaques contre les forces de l'ordre, la minorité chiite et la jeune icône de la paix Malala, ont mis sur pied une page Facebook afin de recruter des plumes et des vidéastes pour leur nouveau magazine, ont-ils confirmé vendredi 7 décembre.

La page Umar Media TTP, qui compte plus de 310 "j'aime" sur ce réseau social en ligne semble avoir été créée en septembre et compte une poignée de messages en anglais.

"Umar media est fier d'annoncer des offres d'emplois en ligne pour l'édition de vidéo, des traductions, le partage, l'envoi et la réception de fichiers", souligne le premier commentaire rédigé par les administrateurs fin octobre, exhortant les internautes à essaimer ce message car la page Facebook "pourrait être effacée".

Le porte-parole du Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP), le mouvement des talibans du Pakistan, a confirmé vendredi par téléphone que le groupe avait "temporairement" utilisé cette page afin "de remplir des fonctions" avant le lancement de son propre site internet.

Facebook, "centrale de recrutement"

Selon le site spécialisé dans la surveillance de groupes islamistes Site Intelligence, les talibans pakistanais utilisent Facebook comme "une centrale de recrutement".

"Via sa branche médiatique officielle, Umar Media, le TTP a utilisé Facebook pour recruter des collaborateurs pour ses opérations médias et la publication à venir de +Ayah-e-Khilafat+ (Le signe du califat)", souligne ce site établi aux Etats-Unis.

Cette nouvelle parution sera "la revue trimestrielle officielle" du TTP, précise, sur sa page Facebook, le groupe qui invite des auteurs à lui soumettre des articles "sur le sujet de votre choix" ou sur la guerre sainte, l'histoire ou la situation des musulmans. De nombreux groupes (...)

Lire la suite sur Le Nouvel Observateur

PAKISTAN. Quand les talibans recrutent des journalistes
Pakistanaise blessée : "une attaque contre toutes les filles"
La jeune pakistanaise blessée est arrivée en Grande-Bretagne
PAKISTAN. La tête du réalisateur du film anti-islam mise à prix
Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.