Pakistan: sept rebelles tués dans un tir de drone, sans doute américain

Un véhicule frappé par un drone dans la ville d'Ahmad Wal au Baloutchistan, à environ 160 kilomètres à l'ouest de Quetta en Afghanistan le 21 mai 2016

Peshawar (Pakistan) (AFP) - Un tir de drone, sans doute mené par les forces américaines, a tué mercredi sept rebelles dans une zone tribale isolée du nord-ouest du Pakistan, a-t-on appris jeudi auprès de responsables sécuritaires pakistanais.

S'il était confirmé, ce raid serait le deuxième effectué par un drone américain sous la présidence de Donald Trump.

Début mars, un tir de drone américain avait tué deux hommes circulant à moto dans cette même région frontalière de l'Afghanistan, où des groupes islamistes armés locaux sont actifs depuis plus de 15 ans.

Les frappes de drones sont très critiquées au Pakistan, car nombre de Pakistanais estiment qu'elles violent la souveraineté du pays.

La frappe de mercredi a eu lieu dans la région de Lawara Madi au Nord Waziristan, l'un des sept districts tribaux du Pakistan.

"Nous avons reçu des informations faisant état d'une attaque menée par un drone dans le Nord Waziristan où sept militants ont été tués", a indiqué une source sécuritaire à l'AFP.

Des responsables du renseignement local ont également assuré que des drones avaient été vus dans le ciel avant que deux missiles frappent une maison de la zone de Lawara Mandi, maison qui aurait été utilisée par des membres du Tehreek-e-Taliban Pakistan, le mouvement taliban pakistanais.

"Deux commandants insurgés, Abdul Rehman et Akhtar Mohammad, figurent parmi les morts", a déclaré à l'AFP une source au sein des services du renseignement qui s'exprimait sous le couvert de l'anonymat.

Les responsables sécuritaires consultés estiment que les missiles pourraient avoir été tirés par des drones américains, sans pouvoir le confirmer.

Des documents officiels ayant fuité montrent qu'Islamabad et Washington se sont secrètement accordés sur des frappes de ce type par le passé.

La toute première des plus de 420 frappes américaines de drones au Pakistan avait eu lieu en 2004, du temps du président George W. Bush. Mais c'est sous son successeur Barack Obama que ces frappes s'étaient considérablement intensifiées, avant de diminuer durant son second mandat.

Il y en a eu trois l'an dernier.

En 2013, Amnesty International avait estimé que les tirs de drones pourraient être qualifiés de crimes de guerre commis par les Etats-Unis.

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages