Les talibans pakistanais revendiquent un attentat suicide dans l'ouest du pays

AP - Ishtiaq Mahsud

Ce mercredi 30 novembre, au moins trois personnes ont été tuées et 23 blessées dans un attentat suicide revendiqué par les talibans pakistanais, deux jours après leur annonce de la fin d'un cessez-le-feu. L'attaque a visé des policiers qui accompagnaient une équipe chargée de vacciner contre la polio dans l'ouest du Pakistan.

Un kamikaze a visé un camion de la police qui s'apprêtait à escorter une équipe chargée de vacciner contre la polio dans la ville de Quetta ; les trois morts sont « un policier, une femme et un enfant », a indiqué à l'AFP, Azhar Mehesar, un haut responsable de la police locale. Au moins 23 personnes ont également été blessées, a-t-il aussi précisé. L'attentat a été revendiqué par les talibans pakistanais du Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP), lesquels avaient annoncé le 28 novembre la fin du cessez-le-feu qui avait été prolongé indéfiniment en juin 2022 pour faciliter des négociations de paix avec des représentants de l'État pakistanais.

Théories conspirationnistes

Les militants islamistes, notamment ceux du TTP, ciblent depuis des années les vaccinateurs anti-polio et les policiers assurant leur sécurité. Selon la presse pakistanaise, plus de 70 vaccinateurs anti-polio ont été tués depuis 2012, principalement dans la province du Khyber Pakhtunkhwa (nord-ouest), où le TTP est le plus solidement enraciné. La vaccination anti-polio se heurte à une suspicion persistante au Pakistan, où abondent les théories conspirationnistes voulant notamment que les vaccins s'inscrivent dans un complot occidental pour stériliser les enfants musulmans. Une autre de ces théories prétend que les vaccins contiennent de la graisse de porc et sont donc interdits aux musulmans.

(avec AFP)


Lire la suite sur RFI