Pakistan : multiplication des manifestations anti-Français

À Islamabad (Pakistan), des conteneurs maritimes protègent l'ambassade de France. Même dispositif devant le consulat de Karachi, la plus grande ville du pays. Les mesures de sécurité ont été renforcées, alors que les manifestations anti-Français se multiplient. L'Hexagone est accusé de laisser diffuser des caricatures du prophète. L'ambassade conseille aux quelques 800 Français qui vivent au Pakistan de quitter le pays. Beaucoup sont néanmoins restés. "De toute façon, on est habitué à faire profil bas ici, commente l'un d'eux, sous couvert d'anonymat. On évite tous les lieux où il y a de la foule, tous les lieux notamment religieux." Des risques sur le sol français ? Le drapeau français a été plusieurs fois brûlé au cours des derniers mois, à l'appel du leader du parti islamiste radical, Saad Rizvi, qui vient d'être arrêté par les autorités. À l'origine de la résurgence de la haine envers la France, une phrase prononcée par Emmanuel Macron le 21 octobre 2020, lors de l'hommage au professeur Samuel Paty. "Nous ne renoncerons pas aux caricatures, aux dessins, même si d'autres reculent", avait alors déclaré le président de la République. La haine anti-Français au Pakistan peut-elle avoir des conséquences sur le sol français ? "Certainement que les services de renseignement vont être plus vigilants qu'ils ne le sont déjà bien, pour vérifier ce qui transite sur les réseaux sociaux", éclaire Anne Giudicelli, consultante en risques à l'international. En septembre 2020, en plein procès de l'attentat contre Charlie Hebdo, un jeune Pakistanais était passé à l'acte en France, en commettant une agression au couteau devant les anciens locaux de l'hebdomadaire satirique.