Pakistan: manifestation contre la France à l'appel d'un parti islamiste

·1 min de lecture

Au Pakistan, la colère contre la France reste toujours vive suite aux déclarations du président Emmanuel Macron qui avait apporté tout son soutien à la liberté de caricaturer, à l’occasion d’un hommage à Samuel Paty, l’enseignant français assassiné le 16 octobre lors d’un attentat islamiste pour avoir montré en classe des caricatures du prophète Mahomet. Plusieurs milliers de personnes ont manifesté ce dimanche à Islamabad, un défilé organisé par un groupe islamiste extrémiste.

Le poing levé, plusieurs milliers de manifestants ont crié leur colère contre la France, scandant des slogans d’une extrême violence : « Ceux qui blasphèment doivent être tués » ou encore « il n’y a pas d’autres châtiments pour ceux qui blasphèment que de leur couper la tête ».

Une manifestation organisée par la formation islamiste ultra-conservatrice Tehreek-e-Labbaik, la même qui avait déjà rassemblé des milliers de personnes à Karachi et à Lahore à la fin du mois d’octobre.

► À lire aussi : Caricatures: le Premier ministre pakistanais accuse Macron «d’attaquer l’islam»

Partis en milieu d'après-midi de Rawalpindi au sud d’Islamabad, le cortège a atteint la capitale en fin de journée. 4 000 membres des forces de l'ordre pakistanaises ont été déployés dans la capitale, selon les autorités. Plusieurs échauffourées ont éclaté entre les manifestants et la police qui a tenté de disperser la foule à l’aide de gaz lacrymogènes. Sans succès. Des journalistes locaux sur place évoquent une ambiance très tendue.

Le blasphème est une question incendiaire au Pakistan. Même des allégations non prouvées d’une offense à l’islam peuvent entraîner lynchages et assassinats.

Ce contenu peut également vous intéresser :