Publicité

Pakistan : la lenteur du dépouillement dénoncée, trois blocs au coude-à-coude

Alors que la lenteur du dépouillement du scrutin de mercredi pose question au Pakistan, trois blocs sont au coude-à-coude : le Parti du peuple pakistanais, la Ligue musulmane du Pakistan, et celui des candidats indépendants liés au PTI, le parti de l'ancien Premier ministre Imran Khan actuellement emprisonné.

Rien n'est joué. Trois blocs, dont celui mené par l'ex-Premier ministre Imran Khan, actuellement emprisonné, sont au coude-à-coude vendredi 9 février dans le décompte des sièges pour les élections au Pakistan, mais la lenteur du dépouillement n'a fait qu'ajouter aux soupçons de manipulation.

À 13 h 30 (8 h 30 GMT) – plus de 20 heures après la fermeture des bureaux de vote –, la Commission électorale du Pakistan n'avait annoncé que 81 résultats sur 266 attendus.

Le Pakistan Tehreek-e-Insaf (PTI) d'Imran Khan n'a pas été autorisé à se présenter en tant que parti aux élections de jeudi. Mais les résultats officiels préliminaires donnent 26 sièges aux candidats indépendants liés au PTI pour le scrutin législatif, soit cinq de plus que la Ligue musulmane du Pakistan (PML-N) de la famille Sharif, qui était pourtant la favorite du scrutin.

Si ces résultats se confirment, aucun des trois blocs ne semble en mesure d'obtenir la majorité absolue et de gouverner seul. Il faudra au vainqueur nouer des alliances pour former un gouvernement de coalition, toutes les options paraissant ouvertes.

Avec AFP


Lire la suite sur FRANCE 24

Lire aussi:
Fermeture des urnes au Pakistan pour des élections contestées et sous haute sécurité
Le Pakistan secoué par des attentats meurtriers à la veille d'élections législatives
Pakistan : l'ex-Premier ministre Imran Khan à nouveau condamné, cette fois à 14 ans de prison