Pakistan : l’arrestation de l’ancien Premier ministre Imran Khan déclenche une crise

© REUTERS/Akhtar Soomro

De graves tensions sont en cours depuis mardi au Pakistan. Après l’arrestation de l’ancien Premier ministre Imran Khan, des affrontements ont éclaté entre les forces de l’ordre et des soutiens à l’ex-dirigeant au Pendjab. La police a indiqué ce mercredi que près de 1 000 personnes avaient été arrêtées en marge des manifestations, depuis mardi dans la province la plus peuplée du pays. « Les équipes de police ont arrêté 945 contrevenants à la loi et mécréants dans la province », a déclaré la police dans un communiqué. Quelque 130 membres des forces de l’ordre ont également été blessés dans ces heurts. Le gouvernement pakistanais a d’ailleurs approuvé le déploiement de soldats afin de contenir ces mouvements de contestation. Dans un document officiel du ministère de l’Intérieur, il n’est pas précisé la date et la durée de la mobilisation des soldats, ainsi que leur nombre.

Une arrestation musclée

Mardi, Imran Khan a fait l’objet d’une interpellation musclée dans un tribunal d’Islamabad où il comparaissait pour des accusations de corruption – son placement en détention provisoire a d’ailleurs été décidé dans cette affaire, ont annoncé les avocats de l’ancien dirigeant. Dans une vidéo diffusée par des chaînes de télévision locales, il est possible de voir Imran Khan se faire chahuter par des dizaines de paramilitaires qui n’ont pas hésité à pousser ce dernier dans une voiture blindée.

Quelques heures après l’arrestation, des manifestants pro-Khan ont envahi la résidence du c...


Lire la suite sur LeJDD