Pakistan : une fac renommée Malala, des étudiantes en colère

Craignant d'être à leur tour la cible des talibans, des étudiantes pakistanaises du district de Swat ont manifesté ce mercredi contre le changement de nom de leur faculté, qui vient de prendre celui de la jeune Malala, a expliqué Niaz Ali Khan, le gouverneur de la région, à l'AFP.

Récemment baptisée " Faculté publique pour filles Malala ", l'université de Saidu Sharif, dans la vallée de Swat (nord-ouest du Pakistan) a connu ce mercredi une vague de contestation. Près de 150 étudiantes " très en colère et agressives ", ont boycotté les cours et caillassé puis déchiré le portrait de Malala qui été accroché sur un des murs de la faculté, a précisé Niaz Ali Khan." Nous allons souffrir parce qu'elle s'est enfuie en Grande-Bretagne "Celles qui reprochent à l'adolescente, victime d'une attaque terroriste le 9 octobre dernier, d'être partie du Pakistan pour se faire soigner en Grande-Bretagne, ont également demandé au responsable de l'établissement de retirer la plaque où est inscrit le nouveau nom de la faculté, par peur d'être attaquées par les talibans. " Nous sommes pauvres, nous ne pouvons pas nous permettre (d'être attaquées) et nous allons souffrir parce qu'elle s'est enfuie en Grande-Bretagne ", a dénoncé une des étudiantes à l'AFP.

Malala a été touchée par balles à la tête et au cou alors qu'elle était dans le bus scolaire qui la ramenait chez elle, le 9 octobre dernier. Cette attaque a été revendiquée par des membres du Mouvement des talibans du Pakistan (TTP), un groupe allié à Al-Qaïda. Dans un communiqué, les criminels expliquaient l'avoir " ciblée pour son rôle de pionnière dans la défense de la laïcité et de l'esprit des Lumières ". Hospitalisée au Queen Elizabeth Hospital de Birmingham (centre de l'Angleterre), la jeune fille se rétablit lentement.

Retrouvez cet article sur elle.fr

Malala : " un symbole du courage contre l'idéologie extrémiste "
Malala remercie tous ceux qui lui apportent leur soutien
La journée mondiale pour Malala célébrée ce samedi
>> Voir toutes les news Societe sur le site Elle.fr

Tout commentaire contraire à la réglementation en vigueur (et notamment tout commentaire à caractère raciste, antisémite ou diffamatoire) pourra donner lieu à la suppression de votre compte Yahoo
Le cas échéant, certains commentaires que vous postez pourront également donner lieu à des poursuites judiciaires à votre encontre.