Pakistan: conditions extrêmes pour retrouver trois alpinistes portés disparus sur le K2

·1 min de lecture

Trois alpinistes sont portés disparus dans l’Himalaya depuis jeudi. Le trio Ali Sadpara (Pakistanais), John Snorri (Islandais), Juan-Pablo Mohr (Chili) ne sont pas rentrés ce samedi au camp de base du K2. Ils tentaient l’ascension du deuxième plus haut sommet de la chaîne montagneuse située entre le Pakistan et la Chine. Les recherches s’opèrent dans un contexte très délicat.

Avec notre correspondante à Kaboul, Sonia Ghezali

Des hélicoptères survolent la zone où les alpinistes ont disparu exposés à des conditions extrêmes alors que les conditions métérologiques se degradent d’heure en heure. Les balises GPS des trois grimpeurs n’émettent plus aucun signal.

Les sauveteurs effectuent les recherches dans des conditions très difficiles. Le sommet du K2 culmine à 8 611 mètres d’altitude. S’il est le deuxième plus haut sommet de la chaîne himalayenne il est néanmoins le plus redoutable surtout en hiver en raison des conditions météorologiques extrêmes. Les températures descendent jusqu’à − 60°C et les vents peuvent atteindre 200 km/h.

Certains surnomment le K2 la montagne sauvage ou la montagne sans pitié. Plus de 80 personnes y ont laissé la vie. La première ascension hivernale du K2 a eu lieu le 16 janvier dernier. Un exploit sportif historique réalisé par une équipe népalaise. Deux alpinistes y ont perdu la perdu la vie au cours de ces dernières semaines. Un Italien ainsi qu’un Bulgare qui tentait l’ascension.

► À lire aussi : Des Népalais réussissent la première ascension hivernale du K2