Publicité

Pakistan: des chantiers de barrages suspendus après la mort de cinq Chinois dans un attentat

La construction de deux barrages hydroélectriques suspendue dans le nord du Pakistan ce vendredi. Les entreprises chinoises chargées du chantier demandent aux autorités de renforcer la sécurité, suite à la mort de cinq ingénieurs chinois dans un attentat suicide.

De notre correspondant à Pékin,

On imagine la tristesse, la peur et probablement la colère parmi les 1 250 employés chinois des sites de Diamer-Bhasha et surtout de Dasu au Pakistan. Ce n’est en effet pas la première fois que des ingénieurs et des ouvriers chinois travaillant sur ces deux grands barrages hydroélectriques sont victimes d’attaques ou d’attentats. Le convoi des cinq ressortissants chinois tués mardi a été pris pour cible, alors qu’il arrivait d’Islamabad, sur une route escarpée que connaissent bien les médias d’État chinois.

Failles de sécurité et dizaines de milliards de dollars investis

Chacun ici a encore en tête l’image de ce bus bleu tombé dans le ravin depuis cette même route, un 14 juillet il y a trois ans. Neuf ressortissants chinois avaient trouvé la mort dans l’attentat et déjà les analystes parlaient de failles de sécurité chez les entreprises chinoises. Ces dernières sont très nombreuses au Pakistan et constituent autant de cibles potentielles, depuis que Pékin a entrepris en 2015 la construction du corridor économique sino-pakistanais (CPEC), devant relier la province chinoise du Xinjiang à la mer d’Arabie.


Lire la suite sur RFI