Pakistan Airlines dans la tourmente : près d'un tiers de ses pilotes ont des faux diplômes

·2 min de lecture
Pakistan International Airlines Boeing 777 (Photo by Nicolas Economou/NurPhoto)
Pakistan International Airlines Boeing 777 (Photo by Nicolas Economou/NurPhoto)

Scandale au sein de la compagnie d’aviation nationale pakistanaise : l’Union Européenne puis les Etats-Unis ont suspendu ses vols après avoir appris que près d’un tiers de ses pilotes étaient titulaires de faux diplômes.

C’était le 22 mai dernier. Le vol PIA8303 de la Pakistan International Airlines s’écrase sur un quartier résidentiel de Lahore, causant la mort de 98 personnes. Lors de la première approche, le train d’atterrissage n’était pas descendu. L’avion a touché le sol avant de remettre les gaz, mais le mal était fait : les réacteurs étaient touchés. Quelques minutes plus tard, ils arrêtent de fonctionner et l’avion s’écrase.

Fraude massive aux diplômes

Le lien n’est pas établi, mais les circonstances de cette approche manquée sont troublantes, alors que le scandale des faux diplômes éclate au sein d’une compagnie aux abois. L’annonce faite par le Pakistan, après une enquête approfondie, est ahurissante : pas moins de 262 pilotes de ligne, sur les 850 que compte la compagnie, auraient fraudé leurs diplômes.

Les réactions ne se sont pas fait attendre. Le mois dernier, l’Agence européenne de la sécurité aérienne avait décidé de bannir les vols opérés par la Pakistan International Airlines ; les États-Unis lui ont emboité le pas mercredi 1er juillet, nous apprend Bloomberg. Par courrier adressé à la compagnie, le service des transports américains a notifié ce qui s’apparente à une décision indispensable.

Un horizon bien sombre

La Pakistan International Airlines connait des turbulences depuis des années. Avec 14 000 employés pour seulement 30 avions, elle perd de l’argent depuis 15 ans et sa dette s’élève aujourd’hui à 3,8 milliards de dollars. Le pays a licencié cette semaine 28 pilotes et poursuit son enquête pour nettoyer ses services. Un petit pas dans la longue marche qui l’attend avant la rédemption.