Pakistan: accusé de blapshème, un étudiant a été battu à mort

Un étudiant en journalisme connu pour ses opinions libérales a été battu à mort jeudi par des centaines d’autres étudiants dans une université du nord-ouest du Pakistan, ont indiqué la police et des témoins. Il était accusé de blasphème. Mashal Khan a été dénudé, frappé, blessé par balle, et poussé du deuxième étage de sa résidence de l’université Abdul Wali Khan à Mardan, ont indiqué des sources au sein de l‘établissement. Un de ses camarades a aussi été gravement blessé.

Au lendemain de cet assassinat, vendredi, la police pakistanaise a procédé à l’arrestation d’au moins 45 personnes en lien avec sa mort.

Selon des témoins, la foule s’en serait pris à Mashal et son ami suite à une rumeur accusant les deux étudiants de blasphémer sur les réseaux sociaux. Bien qu’ils s’en soient défendus, ils auraient été obligés de réciter des versets du Coran avant d‘être battus.

Un cadre de l’université a expliqué sous couvert de l’anonymat que ces enseignants sont intervenus “pour le protéger lui et ses amis, mais la foule a attaqué la salle, l’a torturé et tué”. M. Khan était “critiqué par les autres pour ses opinions libérales, laïques, (...) et son absence à la prière du vendredi”, a-t-il ajouté.

Cette tragédie survient quelques semaines seulement après la décision du gouvernement d’interdire les contenus blaphématoires sur Internet, et ce sous la pression d’une frange islamiste de l’opinion.

La loi anti-blasphème est critiquée par les défenseurs des droits de l’Homme, soulignant qu’elle est souvent détournée pour régler des différends personnels. Les libéraux accusent également les conservateurs de crier au blasphème pour faire taire leurs détracteurs.

Pour aller plus loin

Un article du journal de référence pakistanais Dawn

En utilisant Yahoo vous acceptez les cookies de Yahoo/ses partenaires aux fins de personnalisation et autres usages