Pakistan: 4 morts, dont 3 Chinois, dans un attentat revendiqué par les séparatistes baloutches

·2 min de lecture

Trois ressortissants chinois et leur chauffeur ont été tués par une explosion ce mardi 26 avril à Karachi, au Pakistan. Le directeur de l’institut Confucius de la ville faisait partie des victimes.

Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde

Les images des caméras de surveillance montrent une personne vêtue d’une burqa marchant jusqu’à la camionnette transportant les victimes, suivi par une explosion à 13h52 heure locale. À bord du véhicule se trouvait Huang Guiping, le directeur de l’institut Confucius, un conférencier et un enseignant chinois, ainsi que leur chauffeur pakistanais, selon un porte-parole de l’université de Karachi cité par le SCMP.

C’est sur ce grand campus du sud du Pakistan, près d’une cantine gérée par les rangers, les paramilitaires chargés d’assurer la protection de l’institut Confucius, que s’est déroulé ce qui, selon la police citée par Geo News, pourrait être une attaque terroriste visant les intérêts chinois.

L’explosion a par ailleurs fait plusieurs blessés immédiatement transportés à l’hôpital universitaire. La zone a été bouclée, l’enquête est en cours.

Attaques régulières contre les intérêts chinois

L’attentat a été revendiqué par la Brigade Majeed, au sein de l’armée de libération du Baloutchistan. Les indépendantistes Baloutches visent régulièrement les travailleurs chinois des grands projets d’infrastructures menés dans le cadre des « routes de la soie » et du corridor économique sino-pakistanais, qu’ils accusent de ne pas servir les intérêts des habitants.

En juillet dernier, 13 personnes, dont 9 Chinois, ont été tuées lors d’un attentat à la voiture bélier contre un bus transportant des personnels travaillant sur un barrage hydroélectrique dans le nord-ouest du pays. Un mois plus tard, un convoi chinois était pris pour cible au Baloutchistan.

En mai 2019, c’est un hôtel 5 étoiles qui a été pris pour cible, dans une attaque visant les investisseurs étrangers dont des Chinois. En novembre 2018, trois hommes armés de kalachnikovs ont tenté de prendre d’assaut le consulat de Chine à Karachi.

L’attentat a été condamné par le vice-président pakistanais et le président de l’Assemblée nationale. Le nouveau Premier ministre pakistanais, Shehbaz Sharif, a immédiatement dénoncé « un lâche acte de terrorisme ». « Je suis profondément endeuillé par les pertes de précieuses vies humaines, dont celles de nos amis chinois », a-t-il tweeté, en promettant de traduire les coupables en justice.

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles