Dans le Pacifique Sud, Pékin vante son accord régional de libre-échange et de sécurité

Il y a un plan surprise dans la poche du ministre chinois des Affaires étrangères, Wang Yi, qui entame ce 26 mai une visite dans le Pacifique (îles Salomon, Kiribati, Samoa, Fidji, Tonga, Vanuatu, Papouasie-Nouvelle-Guinée, Timor-Leste). Et il arrive les mains pleines : pour contrecarrer la présence américaine dans la région, la Chine propose aux pays de cette zone un vaste accord de libre-échange et de sécurité qui provoque déjà des inquiétudes en Occident.

Officiellement, il s'agit d'une vision commune du développement. C'est le titre fourre-tout donné par la Chine à ce plan inédit qui vise à séduire plus d'une dizaine de pays du Pacifique. En réalité, ce pacte recouvre une collaboration étroite dans des domaines aussi sensibles que la sécurité, la cybersurveillance, les procédures douanières ou les infrastructures de communication.

Accès au marché intérieur

En échange d'un accès à son marché intérieur, fort de plus d'un milliard de consommateurs, la Chine prendrait la main sur la formation des forces de police, la sécurité informatique, la cartographie des zones marines. Et elle serait en pole position pour imposer les technologies numériques de Huawei, le géant controversé des télécommunications chinoises, du câble internet sous-marin à la livraison de réseaux 5G clé en main.

Lier irrémédiablement ?

► À lire aussi : Îles Salomon: tensions avec Canberra et Washington après l’accord de sécurité passé avec Pékin


Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles