PACES : les étudiants dénoncent une "réforme en trompe l’oeil"

La rédaction d'Allodocteurs.fr

Qu’ils soient en médecine, en pharmacie ou en kinésithérapie, les étudiants s’insurgent contre la réforme des études de santé dont les décrets ont été publiés le 5 novembre 2019 au Journal Officiel.

Le 6 novembre, l’Association nationale des étudiants en médecine de France (ANEMF), l’Association nationale des étudiants en pharmacie de France (ANEPF) et la Fédération Nationale des Etudiants en Kinésithérapie (FNEK) signaient conjointement une tribune dans laquelle ils listent les raisons de leur colère et de leur déception.

A lire aussi : Etudes de santé : ce qui va changer à la rentrée 2020

Un texte en-dessous des ambitions étudiantes

Cette tribune, intitulée "A défi majeur, réforme en trompe l’œil ?" fait part de leur "désillusion", dénonçant des "textes flous" et une "absence de moyens financiers suffisants".

"Nous sommes tout d’abord déçus car les textes ne répondent pas à nos ambitions", nous confie Maxime Tournier, vice-président de l’ANEMF chargé de l’enseignement supérieur. Avec la fin annoncée du Numerus Clausus et du concours de la PACES(1) par QCM(2), les étudiants en parcours de santé pensaient "en finir avec le gâchis humains", rapporte Maxime Tournier. "Nous comptions sur cette réforme pour imposer plus de réorientation, de voies d’entrées et de passerelles pour diversifier les profils des étudiants et pour arrêter enfin avec la voie d’entrée unique et "royale" qu’est la PACES" poursuit-il. Mais pour le moment, il (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi