PAC : "1,7 milliards d'euros pour le bio" et priorité aux agriculteurs en transition

·1 min de lecture

Après de longues discussions, Julien Denormandie, le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, a présenté vendredi soir sur Europe 1 les arbitrages sur la future Politique agricole commune (PAC) européenne, qui entrera en vigueur en 2023. Principal point d’achoppement : l’accompagnement des agriculteurs déjà convertis au bio qui vont voir leurs aides baisser, pour prioriser les "nouveaux entrants".

Un choix assumé par le Ministre : "Aujourd’hui le marché du bio est plutôt porteur. Notre défi, c’est d’investir dans la transition pour qu’il y ait de nouveaux installés. C’est le choix que nous faisons", a-t-il déclaré. Mais les exploitants déjà passé au bio "continueront d’être accompagnés". "C’est notre rôle collectif d’accompagner ces nouveaux entrants", a insisté Julien Denormandie.

>> Retrouvez toutes les interviews d’Europe soir en replay et en podcast ici

Le budget de la nouvelle PAC consacré à l’agriculture biologique s’élèvera donc à 1,7 milliard d’euros, soit 30% de plus qu’avant, selon les chiffres annoncés par Julien Denormandie. "A la fin du quinquennat, on aura augmenté de 50% la surface de production de bio dans notre pays", a-t-il également indiqué.  Cependant, l’objectif des 15% des surfaces cultivées en bio en France d’ici 2022 ne sera pas atteint. "La transition, ça peut prendre du temps", a justifié le Ministre.

La France est le plus gros bénéficiaire de la PAC dans l’Union Européenne, avec plus de 9 milliards de subvention chaque année. Et la répa...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles