<p>Jeudy politique</p> - Borne-Vautrin, ce que disent les hésitations d’Emmanuel Macron

REUTERS/Christian Hartmann

Premier choix d’Emmanuel Macron, Elisabeth Borne était devenue le second dans la semaine précédent sa nomination. Une volte-face qui n’a pas plu aux barons de la Macronie. Un début de fronde qui a fait reculer le président réélu.

Décidément, ce deuxième quinquennat commence bizarrement. Il aura fallu vingt-deux jours au président réélu pour nommer Elisabeth Borne au poste de Première ministre . Vingt-deux jours pour revenir à sa «première intuition» selon Richard Ferrand, le premier grognard d’Emmanuel Macron. Mais en Macronie, on aime prendre son temps. Le nom de la ministre du Travail circulait depuis plus d’un mois comme favorite pour succéder à Jean Castex. Emmanuel Macron n’aime pas les évidences alors il s’est mis en tête de trouver un profil différent du sempiternel CV de haut-fonctionnaire. Aiguillonné par le tandem Thierry Solère (conseiller politique) et Sébastien Lecornu (ministre des Outre-mer), poussé en coulisses par l’ancien ministre Jean-Louis Borloo et même encouragé par Jean Castex, le président a cru avoir trouvé la perle rare avec Catherine Vautrin, une élue locale (Reims), ministre de Jacques Chirac il y a vingt ans puis trésorière de Nicolas Sarkozy. L’affaire était presque dans le sac jusqu’au moment où les barons macronistes disent «niet».

A peine réélu, Emmanuel Macron a donc essuyé sa première fronde. Incroyable mais vrai. «Jupiter» a renoncé à son choix audacieux qu’aurait constitué celui de nommer cette femme de droite pro-mariage pour tous, ralliée aux marcheurs en février dernier. Catherine Vautrin a déclenché un triple non : du centriste François Bayrou au pilier macroniste Richard Ferrand en passant par le patron des députés européens Stéphane Séjourné. Sans compter l’hostilité d’Alexis Kohler, puissant secrétaire général de l’Elysée. Le président est finalement revenu à sa «première intuition». Un front du «non» plutôt inattendu. Tout s’est terminé, lundi en fin d’après-midi, avec un communiqué de l’Elysée(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles