<p>Hors-série "La folie Napoléon"</p> - Les demoiselles de la Légion d’honneur

·2 min de lecture

Créées par Napoléon en 1805, les maisons d’éducation de la Légion d’honneur accueillent 1000 jeunes filles à partir du lycée... Découvrez un extrait de notre hors-série « La folie Napoléon », 100 pages de photos et de reportages exclusifs consacrées à l'Empereur, en vente à partir du jeudi 18 février chez votre marchand de journaux...

Robe chasuble marine sur chemisier blanc, agrémentée d’une ceinture de couleur selon la classe de l’élève, ainsi vont les pensionnaires des maisons d’éducation de la Légion d’honneur. Créées par Napoléon en 1805, elles sont placées sous l’autorité du grand chancelier et accueillent 1000 jeunes filles, aux Loges, à Saint-Germain-enLaye, et à Saint-Denis à partir du lycée. L’empereur, convaincu de l’avenir des femmes dans la société, était soucieux de combler un vide en matière d’éducation féminine. Filles, petites-filles et arrière-petites-filles de décorés sont les bienvenues. Toutes les catégories sociales sont représentées et le taux de réussite au baccalauréat est de 100%.

Tradition oblige, tous les présidents de la République se rendent officiellement dans les maisons d’éducation de la Légion d’honneur au cours de leur mandat. Charles de Gaulle invitait aussi leurs plus brillantes « ambassadrices » à l’Elysée. Le record des visites est détenu par François Mitterrand venu chaque année lors de ses deux septennats. Marie-France Lorente, surintendante depuis 2012, dirige cette institution de prestige. Elle nous explique les valeurs qui en assurent la pérennité depuis sa création.

Paris Match. Le poids de l’Histoire est-il important lorsqu’on s’appelle “maisons d’éducation de la Légion d’honneur” ?
Marie-France Lorente. L’héritage historique est présent car nous sommes restés fidèles à la volonté de Napoléon, fondateur des maisons d’éducation en 1805, d’assurer à nos élèves “une existence digne et indépendante”. L’esprit de l’école marque les pensionnaires qui tirent une réelle fierté de ce passé comme le prouve l’association des anciennes élèves, créée en 1892, toujours très active et qui voit chaque année revenir(...)


Lire la suite sur Paris Match