<p>Hors-série "La Lune, Mars : les défis de demain"</p> - La bataille pour Mars a commencé

·2 min de lecture

La compétition internationale est lancée. Sans merci… Découvrez un extrait de notre hors-série « La Lune, Mars : les défis de demain », 100 pages de photos et de reportages exclusifs consacrées à la conquête de l'espace, en vente à partir du jeudi 5 novembre chez votre marchand de journaux...

La mécanique céleste impose d’attendre un cycle de vingt-six mois avant de pouvoir envoyer une mission vers la planète rouge. Entre le 16 et le 30 juillet, trois pays, dont la Chine et les Emirats arabes unis, ont tenté le pari. Et, bien sûr, les Etats-Unis. C’est la première étape d’un programme de récupération d’échantillons qui va s’étaler sur dix ans. Mais au-delà, le coup d’envoi de la course de l’homme vers Mars a été donné. Dans « Dernières nouvelles de Mars », son ouvrage passionnant et totalement accessible, Francis Rocard, responsable des programmes d’exploration du système solaire au Cnes, raconte combien la tâche est immense. Mais faisable... Il nous explique pourquoi.

Paris Match. En juillet 2020, plusieurs lancements sont partis vers Mars. Notamment le projet américain, Perseverance, dont le programme global va durer dix ans. Pouvez-vous expliquer son déroulement ?
Francis Rocard. Perseverance est le début d’une mission de retour d’échantillons. Cela fait vingt ans qu’on l’attend. On pourrait même dire quarante, puisqu’il y a eu des premiers projets dans les années 1980, mais qui n’ont jamais abouti. La Nasa avait alors beau jeu de dire aux scientifiques: “Vous n’êtes pas en mesure de garantir qu’on va rapporter les bons échantillons!” Ce qui était vrai. La donne a complètement changé en 2005 avec une découverte française: la sonde spatiale Mars Express, grâce à l’instrument Omega, a trouvé des sulfates hydratés et des argiles. Concrètement, des roches ont barboté dans l’eau pendant des millions d’années pour se transformer en ce qu’on appelle des roches sédimentaires. Ça a été une énorme avancée puisque tous les robots lancés depuis – Curiosity, Perseverance, et bientôt ExoMars-Pasteur – vont sur(...)


Lire la suite sur Paris Match