<p>Hommage à Olivier Royant</p> - Sebastião Salgado en 2015 : "Les arbres sont la clé de notre survie"

·2 min de lecture

En 2015, Olivier Royant, directeur de la rédaction de Paris Match décédé le 31 décembre, avait rencontré le grand photographe brésilien Sebastião Salgado.

Directeur de la rédaction de Paris Match, Olivier Royant s'est éteint le 31 décembre 2020. Afin de lui rendre hommage, nous vous proposons de redécouvrir les entretiens et les reportages qui ont marqué sa carrière.

En 2015, Olivier Royant avait rencontré Sebastião Salgado pour évoquer avec le grand photographe et son épouse Lélia la déforestation au Brésil...

Voici l'interview de Sebastião Salgado par Olivier Royant, telle que publiée dans Paris Match en 2015.

Paris Match n°3444, 21 mai 2015

Sebastião Salgado : "Les arbres sont la clé de notre survie. Le jour où on le comprendra, nous irons prions devant eux"

Un entretien avec Olivier Royant

Avec sa femme, Lélia, le photographe Sebastião Salgado défend la forêt et a rendu à la nature la terre de son enfance.

« Mes photos ont permis à la nature de me parler », dit Sebastião Salgado. Et de lui montrer ses plaies. De retour dans son pays après onze ans d'absence, le photographe brésilien découvre la métamorphose des paysages. Mais la forêt amazonienne n'est pas la seule à souffrir: Indonésie, Afrique, Canada, Sibérie... d'ici à 2030, une forêt de la taille de trois fois l'Espagne aura disparu. Les arbres, qui couvrent 30% des terres émergées, créent et protègent les sources d'eau mais absorbent plus d'un tiers du dioxyde de carbone émis par les activités humaines. Rasés, brûlés, dégradés, ils ne jouent plus leur rôle de capteurs de CO2, en libèrent au contraire des quantités phénoménales. Et menacent d'assoiffer la planète.

Paris Match. La sécheresse au Brésil, cette année, a suscité un électrochoc pour les grandes villes.
Sebastião Salgado. C’est un vrai cri d’alarme pour Rio et São Paulo. Après la saison des pluies, le plus grand réservoir de São Paulo n’est rempli qu’à(...)


Lire la suite sur Paris Match