<p>Hommage à Olivier Royant</p> - En 1996, un tête-à-tête avec Bill Clinton

·2 min de lecture

En 1996, Olivier Royant, directeur de la rédaction de Paris Match décédé le 31 décembre, avait rencontré Bill Clinton, à la veille de son passage en France pour le G7, et en pleine campagne pour sa réélection aux Etat-Unis... 

Directeur de la rédaction de Paris Match, Olivier Royant s'est éteint le 31 décembre 2020. Afin de lui rendre hommage, nous vous proposons de redécouvrir les entretiens et les reportages qui ont marqué sa carrière.

En 1996, Olivier Royant, alors correspondant permanent de Match aux Etats-Unis, avait rencontré Bill Clinton. Le président américain, en pleine campagne pour un second mandat à la Maison Blanche, était attendu en juin en France, pour le sommet du G7, à Lyon...

Voici l'interview de Bill Clinton par Olivier Royant, telle que publiée dans Paris Match en 1996.

Paris Match n°2458, 4 juillet 1996

Clinton en tête à tête

Un entretien avec Olivier Royant

À la veille du G7, le président des Etats-Unis reçoit notre correspondant.

Pour la première fois, le président Clinton donne une interview en tête à tête à un journaliste français de presse écrite, notre reporter Olivier Royant. C'était au cours de sa tournée électorale sur le campus de Glendale proche de Los Angeles, en Californie. Puis il a reçu notre photographe Jean-Louis Allan, seul à seul encore, à Washington, dans le bureau Ovale. Cet homme dont on disait, il y a deux ans, qu'il était définitivement battu, miné par son style désordonné, devançait, il y a une semaine encore, de plus de 18 points son adversaire dans la course à la Maison-Blanche. Mais quoi qu'il arrive, c'est là sa dernière campagne. Bill Clinton, qui aura 50 ans au mois d'août prochain et qui, battu ou réélu, sera le plus jeune président des Etats-Unis à la retraite depuis Teddy Roosevelt, est devenu pour les Américains le grand frère. Il regrette que sa visite en France, à l'occasion de la réunion des sept pays les plus industrialisés, ne dure que deux jours. Il aurait aimé rester et jouer les(...)


Lire la suite sur Paris Match