<p>Exclusif</p> - Véronique Bevilacqua, sa vie avec Christophe : "Il est devenu prisonnier de son personnage"

·2 min de lecture

Avec sa femme Véronique et leur fille Lucie, Christophe avait construit une relation aussi puissante qu’invivable. 

C’est lui qui l’a vue en premier, dans un club au bout de la rue du Cardinal-Lemoine où Alain Kan, son frère, passe des disques pour faire danser les filles. Nous sommes en 1968 et Véronique Kan n’a pas encore 17 ans. « Mais j’adorais danser ! Alors, quand mes parents dormaient, je piquais un Solex dans la cour de l’immeuble où nous vivions, rue des Arènes, et je le retrouvais. Je portais une robe lamée or, c’était l’époque. J’arrive là-bas comme une dingue et, au moment des slows, je rejoins mon frère installé près du bar. » Ce soir-là, un type s’approche de la jeune Eurasienne. « Bonjour, je suis avec le chanteur Christophe. Il vous invite à sa table. » Véronique rigole. « Déjà, j’avais détesté “Aline”. Mais ce genre d’approche, non merci ! Si le mec n’est pas capable de se déplacer lui-même… »

Lire aussi:Quand Christophe et Aline posaient pour Match

Christophe, frappé par sa beauté magnétique, se décide finalement à l’aborder. « On a discuté, raconte Véronique, et il m’a parlé de bagnoles. Moi qui étais fascinée par les voitures, ça m’a fait marrer. Physiquement, il se la jouait un peu James Dean. Il était petit mais bien foutu. Il venait de s’acheter un blouson court qui lui allait parfaitement. Et il a noté mon numéro dessus. »

Lire aussi:Exclusif - Christophe, l'album secret

Alors qu’il doit participer à une course automobile sur le circuit de Magny-Cours, Christophe appelle Véronique pour l’y inviter. Refus catégorique de ses parents. « Ma mère avait entendu parler de l’affaire Michèle Torr. “Tu vois où ça mène, les chanteurs !” m’avait-elle balancé. »

Lire aussi:Christophe, une vie en images

Malgré l’opposition des Kan, Christophe s’accroche. Il se rend fréquemment rue du Cardinal-Lemoine pour tenter(...)


Lire la suite sur Paris Match