<p>Dans les archives de Match</p> - Cousteau, Herzog et Victor, les trois visionnaires de l’aventure

·1 min de lecture

Entre eux régnait la fraternité des grands explorateurs. Ils n’avaient pas le même terrain de prédilection mais s’étaient donné une mission commune : découvrir les milieux les plus extrêmes de la planète. En 1956, Match rencontrait Paul-Émile Victor, héros des pôles, Jacques- Yves Cousteau, le gardien des fonds marins, et le champion de l’Himalaya Maurice Herzog. Des pionniers de l’écologie, porte-voix de la beauté et de la fragilité du monde.

1956. Dans toutes les récréations de France court la même devinette : « Quels sont les trois pôles de la Terre ? » Et les potaches de s’esclaffer : « Le pôle Nord, le pôle Sud et le Paul-Émile Victor ! » Alors qu’il était prédestiné à reprendre l’entreprise paternelle de pipes et de stylos, « PEV », comme le surnomment ses proches, a préféré défier l’impossible : traversée du Groenland d’ouest en est à pied et en traîneau, tranche de vie complice avec les Esquimaux qui l’adoptent, cartographie de terres jusqu’ici inconnues… Mais, cet été-là, l’explorateur de l’extrême fait l’école buissonnière, loin des morsures du froid. Dans la forêt de Rambouillet, il a lui-même abattu les arbres qui lui ont permis d’édifier, pour 150 000 (anciens) francs, son palais, c’est-à-dire un modeste chalet avec couchettes, cheminée, peaux de bêtes et les copains d’abord : Maurice Herzog et Jacques-Yves Cousteau. Clic, clac, Match immortalise le repos des héros.

Retour de terre Ad&#xe9;lie, dans l&#x002019;Antarctique, le 7 avril 1953.
Retour de terre Adélie, dans l’Antarctique, le 7 avril 1953.

Retour de terre Adélie, dans l’Antarctique, le 7 avril 1953. © Keystone-France/Gamma-Keystone via Getty Images

Découvrez Rétro(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles