<p>Dans les archives de Match</p> - La nuit où le petit Jonathan a disparu

·2 min de lecture

Un suspect a été mis en examen dans l'affaire de l'enlèvement et du meurtre de Jonathan, en Loire-Atlantique en 2004. Notre magazine avait enquêté sur la disparition du jeune garçon qui avait bouleversé la France... Avec Rétro Match, suivez l’actualité à travers les archives de Paris Match.

La disparition de Jonathan, en Loire-Atlantique en 2004, va-t-elle enfin trouver son coupable ? Martin Ney, un détenu allemand déjà condamné pour le meurtre de trois enfants, a été mis en examen lundi soir pour l'enlèvement et le meurtre du jeune garçon, relançant l'espoir d'un procès. Un mandat d'arrêt européen avait été délivré contre cet homme de 50 ans, en octobre 2019. L'hypothèse de sa responsabilité était, parmi d'autres, explorée de longue date par les enquêteurs et cette piste a été relancée en avril 2018 par des aveux indirects, entre détenus.

À lire : Un Allemand mis en examen 17 ans après l'enlèvement et le meurtre de Jonathan

Jonathan, originaire du Cher, avait disparu dans la nuit du 6 au 7 avril 2004 d'un centre de vacances de Saint-Brévin-les-Pins. Le jeune garçon avait disparu pieds nus et sans doute vêtu de son seul pyjama du centre de vacances. Au matin du 7 avril 2004, ses camarades avaient retrouvé son lit vide, avec toutes ses affaires présentes dans le dortoir. Son cadavre avait été découvert le 19 mai, ligoté et lesté d'un parpaing, dans un étang proche de Guérande, à 25 kilomètres du lieu de l'enlèvement. Son corps ne portait ni traces de coups, ni de violences sexuelles. Il aurait été tué par "suffocation", selon une expertise. Il aurait fêté ses 28 ans le 29 avril prochain.

Voici le reportage consacré à la disparition de Jonathan, tel que publié dans Paris Match en 2004…

Découvrez Rétro Match, l'actualité à travers les archives de Match...

Paris Match n°2866, 22 avril 2004

Jonathan, ses derniers moments avant le drame

par Flore Olive

Jonathan a failli ne jamais découvrir le centre de Saint-Brévin-les-Pins, en Loire-Atlantique. C'est la solidarité, après l'intervention d'une assistante(...)


Lire la suite sur Paris Match