<p>Dans les archives de Match</p> - Juan Guzman, le tombeur de Pinochet

·2 min de lecture

Juan Guzman, le juge qui avait inculpé à deux reprises l'ex-dictateur Augusto Pinochet, s’est éteint. Notre magazine l’avait rencontré en 2005... Avec Rétro Match, suivez l’actualité à travers les archives de Paris Match.

Considéré comme le « tombeur » de l'ex-dictateur Augusto Pinochet, l'ancien juge chilien Juan Guzman est mort vendredi à l'âge de 81 ans, a annoncé sa famille. Meneur obstiné des enquêtes sur les crimes de la dictature, Juan Guzman avait poursuivi, à partir de 1998, le général Pinochet pour crimes contre l'humanité sous son régime de 1973 à 1990.

Le juge Guzman avait notamment poursuivi Pinochet pour les assassinats commis par « la Caravane de la mort », une escouade de militaires qui a parcouru le pays en exécutant une centaine d'opposants après le coup d'Etat militaire de septembre 1973. Malheureusement, le dictateur Pinochet ne répondra jamais des plus de 3 000 morts et disparus sous son régime.

Le juge Guzman avait inculpé à deux reprises Augusto Pinochet mais, en 2002, la Cour suprême a prononcé un non-lieu en alléguant une « démence modérée » qui empêchait l'ex-dictateur de se défendre devant les tribunaux. Sa mort en décembre 2006 à 91 ans l'a soustrait à l'ensemble des poursuites qui le visaient, en France comme au Chili, entraînant des réactions de frustration à travers le monde.

Le juge Guzman avait pris sa retraite en 2005 et publié la même année ses mémoires: « Au bord du monde, les mémoires du juge de Pinochet » (éditions Les Arènes). Notre reporter François Labrouillère l'avait rencontré à cette occasion.

Voici l’interview du juge Juan Guzman, telle que publiée dans Paris Match en 2005…

Découvrez Rétro Match, l'actualité à travers les archives de Match...

Paris Match n°2937, 1 septembre 2005

Juan Guzman, l’homme qui voulait être un vrai juge

De notre envoyé spécial François Labrouillère

C’est le tombeur de Pinochet. Depuis sept ans, il dresse jour et nuit la liste des crimes du dictateur. A l’heure de la(...)


Lire la suite sur Paris Match