<p>Dans les archives de Match</p> - Dunblane, 1996 : le massacre des innocents

·2 min de lecture

Il y a 25 ans, seize enfants, âgés de 5 à 6 ans, et leur maîtresse tombaient sous les balles d'un déséquilibré à Dunblane, en Ecosse. La fusillade la plus meurtrière de l’histoire britannique... Avec Rétro Match, suivez l’actualité à travers les archives de Paris Match.

C’est une grande photo, belle et heureuse. Tous les enfants de l’école primaire de Dunblane, en Ecosse, réunis dans le gymnase de l'établissement, les visages illuminés de grands sourires à la veille des vacances de Noël. Trois mois plus tard, le lieu de la fête deviendra le théâtre de l'horreur. Mercredi 13 mars 1996, aux alentours de 9h, les 28 enfants de la classe de première année, âgés de 5 à 6 ans, suivent un cours de sport. Un homme surgit, un casque sur la tête, une arme dans chaque main, et tire. Il vide ses deux pistolets, ses deux revolvers, recharge, recommence. Trois minutes. Seize enfants ont été abattus avec leur maîtresse, 15 autres sont blessés. Un seul est indemne, protégé par le corps d'un camarade.

Le tueur, qui se suicide en sortant du gymnase, se nomme Thomas Hamilton. Il a 43 ans. Ce n’est pas un inconnu. De nombreux parents ont signalé cet ancien animateur pour son comportement malsain envers de jeunes garçons. Plusieurs fois visés par les autorités, jamais inculpé faute de preuve, aurait-il pu être arrêté ? Ce qui est certain, c’est qu’il avait acquis ses quatre armes, deux 357 Magnum et deux 9 mm, en toute légalité. La fusillade, la plus meurtrière de l’histoire du Royaume-Uni, a conduit à l'adoption d'une législation sur les armes parmi les plus strictes au monde, au terme d’une intense campagne menée par les parents des victimes.

Voici le reportage consacré à la tuerie de Dunblane, tel que publié dans Paris Match en 1996.

DécouvrezRétro Match, l'actualité à travers les archives de Match...

Paris Match n°2444, 28 mars 1996

Adieu les enfants

De notre envoyé spécial Arnaud Bizot (reportage Patrick Bruchet)

Dans trois mois, ce gymnase où rient à la vie les 700 élèves de l'école primaire de(...)


Lire la suite sur Paris Match