<p>Dans les archives de Match</p> - Les confidences du Docteur Locard, pionnier de la police scientifique

·2 min de lecture

Il y a 70 ans, Edmond Locard, l’un des pères fondateurs de la police scientifique française, prenait sa retraite. L’occasion pour notre magazine de recueillir ses souvenirs... Avec Rétro Match, suivez l’actualité à travers les archives de Paris Match.

«L’ennemi n°1 du crime prend sa retraite», annonçait Match dans son numéro 99. En février 1951, notre magazine avait rencontré Edmond Locard, pionnier de ce qu'on appelle alors la «criminalogie», à l’occasion de la fin de sa carrière. Le docteur avait fondé, en 1910 à Lyon, le premier laboratoire de police scientifique au monde. Un «expert» avant l'heure, et l’un des plus grands de son temps.

Pour Match, Edmond Locard, 73 ans, avait évoqué les souvenirs fascinants de ses enquêtes, dont la plus célèbre, celle des lettres anonymes de Tulle et sa fameuse dictée, qui allait inspirer «Le Corbeau» à Henri-Georges Clouzot… Le travail de ce digne héritier d’Alphonse Bertillon, le père fondateur de la criminologie, avait fait entrer la police dans une nouvelle ère, avec la preuve par l’indice. «L'indice, au rebours du témoin, ne ment jamais. Il ne peut être récusé. Il a ouvert, dans l'administration de la justice, le règne du laboratoire».

Voici le reportage consacré à Edmond Locard, tel que publié dans Paris Match en 1951…

Découvrez Rétro Match, l'actualité à travers les archives de Match...

Paris Match n°99, 10 février 1951

Le Dr Locard vous raconte les plus extraordinaires histoires de sa carrière

Reportage Maurice Jarnoux

Après quarante ans de « bons et loyaux services » le docteur Edmond Locard, le plus célèbre criminalogiste du demi-siècle prend sa retraite. Depuis 1910, date où il fonda le laboratoire technique de police de Lyon, il n’est pas une affaire importante où il ne soit intervenu. Stavisky, Seznec, Kravchenko, Da Silva Ramos sont les plus brillants chapitres de son répertoire qui totalise 10.547 affaires criminelles. Faussaires, «corbeaux» de village, empoisonneuses ont été traqués et confondus par l’œil(...)


Lire la suite sur Paris Match