<p>La folle histoire des Miss</p> - Nous avons retrouvé la Miss France qui avait refusé sa couronne

·2 min de lecture
Jack Garofalo / Paris Match

Il y a 39 ans, Corinne Ascione avait refusé sa couronne de Miss France 1983. Pour Match, qui l’avait déjà interviewée à l’époque, elle revient sur cette aventure... En attendant l'élection de Miss France 2022, le samedi 11 décembre prochain, retracez chaque jour la folle histoire des Miss France, grâce aux archives de Match.

Nuit de la Saint-Sylvestre au Casino de La Seyne-sur-Mer. Minuit vient de passer. Dans les coulisses du grand théâtre, les Miss se sont souhaité une heureuse année 1983. La santé bien sûr, la réussite, aussi. L’ambiance est cordiale, malgré l’angoisse et l’excitation. Le jury s’est retiré. Elles sont une quarantaine de jeunes femmes à attendre, en maillot une pièce bleu-blanc-rouge, un verdict qui pourrait changer leur vie. Corinne Ascione, 17 ans, jolie brune pimpante élue Miss Cagnes, patiente comme les autres. Le comité n’est pas revenu de ses délibérations quand son manager, Bernard Roman, la prend par le bras, un peu à l’écart des autres filles. « C’est bon, c’est toi, souffle-t-il. Je ne devrais pas te le dire, mais c’est toi la Miss France ». « Il avait un grand sourire, il était tellement content pour moi, mais moi je ne disais rien », se souvient Corinne, 55 ans. Au silence de sa protégée, le manager sent bien que quelque chose ne va pas. « Je lui ai juste dit : 'non, je ne peux pas' ». Bernard tente de la raisonner. C’est peine perdue.

À la dernière minute, au pied du trône, elle a dit non. Corinne Ascione ne veut pas être la plus belle fille de France. La jeune femme est immédiatement amenée devant le jury, réuni autour d’une grande table. « À huis-clos, comme au tribunal ! », plaisante-t-elle aujourd'hui, même si les souvenirs émouvants de cette soirée lui feront parfois perdre ses mots. Elle fait face au regard inquisiteur de Jean Raibaut. Le promoteur est l’imposant patron du Comité Miss France dit «de Marseille», héritier de l’historique concours de «La plus belle femme de France» et principal opposant à Geneviève de Fontenay dans la guerre des Miss qui fait rage à l’époque. « Si vous étiez désignée(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles