<p>Dans les archives de Match</p> - Quand Aung San Suu Kyi se confiait dans Match

·2 min de lecture

Aung San Suu Kyi a été arrêtée lors d'un coup d'état orchestré par l'armée birmane ce lundi. En décembre 2010, la Dame de Rangoon, prix Nobel de la paix, nous avait reçus chez elle, dans la maison où elle a été assignée à résidence pendant des années... Avec Rétro Match, suivez l’actualité à travers les archives de Paris Match.

Un coup d'Etat a été perpétré lundi en Birmanie par l'armée qui a arrêté la cheffe de facto du gouvernement civil Aung San Suu Kyi, proclamé l'état d'urgence pour un an et placé ses généraux aux principaux postes. Ce putsch, immédiatement condamné par plusieurs capitales étrangères, est nécessaire pour préserver la "stabilité" du pays, ont fait savoir les militaires qui ont promis dans un communiqué publié sur Facebook l'organisation de nouvelles élections "libres et équitables", une fois que l'état d'urgence d'un an sera levé.

À lire : Aung San Suu Kyi arrêtée, coup d'Etat en Birmanie

Ils accusent la commission électorale de ne pas avoir remédié aux "énormes irrégularités" qui ont eu lieu, selon eux, lors des législatives de novembre, remportées massivement par la Ligue nationale pour la démocratie (LND), le parti d'Aung San Suu Kyi au pouvoir depuis les législatives de 2015. La prix Nobel de la paix, âgée de 75 ans, a été arrêtée tôt dans la matinée ainsi que le président de la République, Win Myint et d'autres responsables du parti, selon Myo Nyunt, porte-parole de la formation. Ils sont détenus à Naypyidaw, la capitale du pays, d'après lui.

Alors que les rumeurs de coup d'Etat se renforçaient ces derniers jours, Aung San Suu Kyi avait laissé un message à la population, diffusé ce lundi par le président de la LND sur les réseaux sociaux, dans lequel elle exhorte les Birmans à "ne pas accepter" ce putsch. L'armée tente "de replonger le pays sous la dictature militaire en négligeant la pandémie de coronavirus" qui frappe de plein fouet la Birmanie, a-t-elle écrit, d'après cette déclaration, demandant à la population de "réagir à l'unanimité".

Voici l’interview d’Aung San Suu Kyi, telle que publiée dans Paris Match(...)


Lire la suite sur Paris Match