<p>Dans les archives de Match</p> - Le 18 juin 1940, raconté par De Gaulle

Il y a 80 ans, De Gaulle appelait les Français à continuer le combat contre l’Allemagne. En 1970, notre magazine avait publié les souvenirs du Général sur cette journée décisive... Avec Rétro Match, suivez l’actualité à travers les archives de Paris Match.

17 juin 1940. Pétain vient d'être nommé président du Conseil après la démission de Paul Reynaud. L'armée française, considérée comme l'une des plus puissantes au monde, a été laminée en six semaines par la guerre éclair des troupes allemandes. Les erreurs tactiques et stratégiques du haut commandement ont provoqué l'une des plus graves défaites de l'histoire : 90 000 soldats français ont péri, 1,5 million sont faits prisonniers, six millions de civils errent sur les routes fuyant l'avancée des Allemands. Réfugié à Bordeaux, le gouvernement hésite entre la poursuite de la guerre en Afrique du Nord et la demande d'armistice défendue par les « flanchards », comme les désigne le sous-secrétaire d'Etat à la guerre Charles de Gaulle. A 12H30, le maréchal Pétain, 84 ans, déclare d'une voix chevrotante à la radio : « C'est le coeur serré que je vous dis aujourd'hui qu'il faut cesser le combat ».

La majorité des Français, épuisés et terrifiés, accueillent le discours du héros de 14-18 avec soulagement. D’autres sont révulsés, comme Germaine Tillion, Daniel Cordier, Edmond Michelet et Charles Tillon. Ils formeront bientôt les premiers réseaux de résistance. Farouche opposant à l'armistice, le général de Gaulle embarque dans un avion britannique. « Dans ce petit avion, écrira Winston Churchill dans ses Mémoires de guerre, de Gaulle emportait avec lui l'honneur de la France ». Le 18 juin 1940, à Londres, de Gaulle rédige une proclamation aux Français, que Churchill l'autorise à enregistrer à 18H00 à la BBC. « Moi, général de Gaulle actuellement à Londres, j'invite les officiers et les soldats français qui se trouvent à Londres à se mettre en rapport avec moi ». Dans son allocution, diffusée à trois reprises dans la soirée, le(...)


Lire la suite sur Paris Match