<p>Dans les archives de Match </p> - Les confidences de Madame Claude

·2 min de lecture

En 1981, Madame Claude, la proxénète déchue du Tout-Paris, donnait à notre magazine une interview vérité, ou presque... Avec Rétro Match, suivez l’actualité à travers les archives de Paris Match.

Les confidences, chez Madame Claude, sont évidemment à prendre avec la plus grande précaution. La mère maquerelle réservait à la vérité le même traitement qu’à « ses filles » : une métamorphose complète, un « relooking » dirait-on aujourd’hui, pour la rendre plus belle. À son avantage, bien entendu.

Dans les années 1960 et 1970, madame Fernande Grudet de son vrai nom a dirigé l’un des plus importants réseaux de prostitution de luxe au monde. Elle a glissé de jolies jeunes femmes dans les draps de tous les puissants, et aussi quelques secrets dans les dossiers de la mondaine et des services de renseignement pour s’attirer leur bienveillance.

Tombée en disgrâce en 1976, perdant les faveurs et la protection des plus hautes autorités de la République, Madame Claude s’était réfugiée aux Etats-Unis l’année suivante. En 1981, alors que l’instruction de son affaire était encore en cours, la proxénète déchue avait reçu Match, affectant toujours ses airs de grandes bourgeoises dans son deux-pièces d’Hollywood, pour une « interview vérité ». Ses propos, tour à tour intrigants, amusants ou révoltants, n’en restent pas moins un témoignage précieux sur un des personnages les plus fascinants des coulisses du pouvoir...

La vie de Madame Claude a une nouvelle fois été adaptée à l’écran, dans un film à découvrir le 2 avril sur Netflix. L'actrice Karole Rocher, qui incarne la sulfureuse, évoque cette semaine dans notre magazine ce rôle aussi complexe que bouleversant.

Voici l’interview de Madame Claude, telle que publiée dans Paris Match en 1981.

Découvrez Rétro Match, l'actualité à travers les archives de Match...

Paris Match n°1683, 28 août 1981

La confession de Madame Claude

Par Béatrice Wachsberger (Sygma)

Pour la deuxième fois un film(...)


Lire la suite sur Paris Match