<p>Dans les archives de Match </p> - Barack Obama raconté par sa grand-mère Sarah

·2 min de lecture

Notre magazine avait rencontré par deux fois celle que Barack Obama considérait comme sa grand-mère kényane, Sarah, décédée lundi... Avec Rétro Match, suivez l’actualité à travers les archives de Paris Match.

Sarah Obama, que l'ancien président américain Barack Obama considérait comme sa grand-mère, est décédée lundi matin à l'âge de 99 ans dans un hôpital de Kisumu, dans l'ouest du Kenya. Bien qu'il n'ait aucun lien de sang avec Sarah (elle était la troisième femme de son grand-père paternel), Barack Obama a souvent fait savoir qu'il la considérait comme sa grand-mère et lui a rendu plusieurs visites.

"Sarah Ogwel Onyango Obama, que beaucoup de gens appelaient affectueusement ‘Mama Sarah’, était pour nous Dani ou Granny", a dit Barack Obama dans un communiqué. Évoquant cette femme qui a, au cours de sa vie, été témoin de "changements spectaculaires à travers le monde" et a vu "l'un de ses petits-fils devenir président des Etats-Unis", il a souligné à quel point elle était restée fidèle à elle-même. "Forte, fière, travailleuse, (...) pleine d'humour et de bon sens, elle n'a jamais changé", a-t-il ajouté. "Elle va nous manquer terriblement mais nous célébrons avec gratitude sa longue et remarquable vie".

Match avait rencontré deux fois Sarah Obama. La première lors de la campagne à l'investiture démocrate du sénateur de l’Illinois, tandis que le Kenya se trouvait au bord de la guerre civile, au lendemain de l'élection contestée du président Mwai Kibaki. Notre magazine était ensuite revenu au lendemain de l'élection du 44e président américain...

Voici deux reportages consacrés à Sarah Obama, tels que publiés dans Paris Match en 2008.

Découvrez Rétro Match, l'actualité à travers les archives de Match...

Paris Match n°3103, 6 novembre 2008

Barack l'Africain

de notre envoyée spéciale au Kenya, Caroline Mangez

Adolescent, il a fait de l'Afrique « une idée plutôt qu'un endroit, une nouvelle Terre promise », dit-il. Il lui faudra(...)


Lire la suite sur Paris Match