Pôle emploi : une prime de 900 euros versée par erreur à près de 40.000 personnes

·2 min de lecture

C’est une polémique dont Pôle emploi se serait bien passé. Elle concerne l’aide de 900 euros à laquelle sont éligibles des travailleurs “permittents”, ayant alterné périodes d’emploi et de chômage en 2019. Le but est de leur maintenir un revenu mensuel stable en cette période de crise économique : au total, plus de 600.000 personnes ont déjà touché cette somme. Mais alors que cette aide (prolongée de trois mois) a tardé à être versée à près de 130.000 bénéficiaires début février, elle a atterri par erreur sur le compte de 40.000 autres demandeurs d’emploi, qui eux n’étaient pas éligibles à cette mesure, révèlent Le Parisien et Europe 1.

Un chiffre avancé par la CFDT, mais non confirmé par Pôle emploi. La CFDT et FO sont montées au créneau et ont lancé un appel à “la clémence” en demandant à ce que cette somme ne soit pas réclamée aux personnes l’ayant reçu par erreur. “Ce sont des agents qui nous ont alertés. Pôle emploi chercherait à récupérer les trop-perçus. Or, le gouvernement a choisi de mettre en place une distribution automatisée, avec des machines pour savoir qui y avait droit ou non. Les particuliers n'y sont pour rien”, assène Michel Beaugas, secrétaire confédéral chargé de l'emploi chez FO, auprès du Parisien.

>> A lire aussi - Pôle emploi : cet incroyable bug qui concerne près de 200.000 chômeurs

Face à ces “dysfonctionnements”, “la CFDT plaide pour ne pas procéder au rattrapage des sommes trop perçues qui ont été appliquées aux demandeurs d'emploi”, renchérit David Vallaperta, représentant CFDT au CSE de Pôle Emploi, auprès d’Europe 1. Alors que les erreurs pourraient avoir été causées par des actualisations tardives, la demande des syndicats est restée vaine : le processus de demande de remboursement devrait être engagé, sauf si le gouvernement décide de le stopper.

>> A lire aussi - Viré de Pôle Emploi pour en avoir dénoncé les dysfonctionnements

“Les cas sont très minoritaires. Nous sommes en train de gérer au plus près les dossiers en cours et ceux qui (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

“Le Royaume-Uni a les moyens de rebondir"
Les saisies de contrefaçons en hausse de 20% en France
Covid-19 : vers un confinement local à Dunkerque ?
Menu sans viande à la cantine : la polémique enfle au sommet de l'Etat
La préfecture interdit la consommation d’alcool dans des rues de Paris