Pôle emploi : une enquête ouverte après le vol de données de certains demandeurs d'emploi

Une enquête a été ouverte après une fuite de données personnelles relatives aux demandeurs d'emploi compilées par un prestataire de Pôle emploi, a indiqué le parquet de Paris, sollicité par l'AFP ce jeudi 24 août. Avisée par la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil), la section de lutte contre la cybercriminalité du parquet de Paris a ouvert ce mercredi une enquête pour introduction et maintien frauduleux dans un système de traitement automatisé de données, confiée à la Brigade de lutte contre la cybercriminalité (BL2C), selon la même source.

Pôle emploi avait appelé, dans un communiqué ce mercredi, les demandeurs d'emploi à la vigilance, après "un acte de cybermalveillance" dont l'un de ses prestataires a été victime. Il s'agit de la société Majorel, a indiqué l'organisme public ce jeudi, qui est est l’un des prestataires de Pôle emploi en charge du marché relatif à la numérisation et au traitement des documents entrants des demandeurs d’emploi.

Selon Pôle Emploi, "cette fuite de données concerne les personnes inscrites en février 2022 et les personnes en cessation d’inscription depuis moins de 12 mois soit potentiellement 10 millions de personnes". "Les noms et prénoms, le statut actuel ou ancien de demandeur d'emploi ainsi que le numéro de Sécurité sociale de demandeurs d'emploi" sont "susceptibles d'être divulgués". En revanche, les adresses mail, numéros de téléphone, mots de passe et coordonnées bancaires ne sont pas concernés.

"Si cet incident ne présente (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite