Pêche post-Brexit: réunion cruciale pour tenter de résoudre le conflit avec Jersey

·2 min de lecture

Les bateaux français pourront-ils continuer de pêcher autour des îles anglo-normandes ? Réunion cruciale ce lundi 18 octobre entre les autorités de Jersey et la ministre française de la Mer Annick Girardin. Un feuilleton qui dure depuis l'entrée en vigueur du Brexit. Londres et Jersey n'ont accordé que la moitié des licences de pêches réclamés par Paris. La France qui veut une solution d'ici le 1er novembre.

« Give our licences back », « rendez-nous nos licences ». Annick Girardin reprend Margaret Thatcher pour montrer la fermeté de la France. Pour l'instant, seulement 200 licences ont été accordés par Jersey aux pêcheurs français qui en réclament 230 de plus.

La France ne cesse de hausser le ton et elle menace. Des mesures de réplique ou de rétorsion seront prises si la situation reste telle quelle. Cela pourrait se traduire par une réduction des livraisons d'électricité à l'île anglo-normande. Jersey dépend de la couronne britannique mais dépend aussi énergétiquement de la France, d'où vient 90% de son électricité.

L'accord post-Brexit prévoit que les pêcheurs européens déjà présents puissent continuer à travailler dans certaines eaux britanniques, à condition d'obtenir ces précieuses licences.

À lire aussi : Pêche post-Brexit: la France juge «inacceptable» l'octroi restreint de licences à Jersey

Rupture de confiance ou solution pragmatique

Les eaux de Jersey riches en poissons et crustacés où Français et Anglais se toléraient depuis tant d'années sont devenues le symbole de l'après-Brexit. Rupture de confiance, dit Paris. Solution pragmatique et raisonnable, dit Londres.

Le rendez-vous de ce lundi est donc important. Les pêcheurs français, même ceux qui ont obtenu leur licences, restent soudés. Ils espèrent des annonces dans le courant de la semaine.

À lire également : Pêche post-Brexit: démonstration de force des pêcheurs français à Jersey

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles