Pêche post-Brexit : les pêcheurs de Saint-Malo amers après "le renoncement" français

·1 min de lecture

C'est une annonce qui a tout de l'abdication. Le gouvernement a annoncé jeudi qu'il réfléchissait à un plan d'indemnisation destiné aux bateaux qui n'obtiendraient pas le renouvellement de leur licence pour aller pêcher dans les eaux britanniques. Une enveloppe de 40 à 60 millions d'euros serait à l'étude. Elle servirait à indemniser les bateaux dont la survie économique repose en grande partie sur la pêche dans les eaux britanniques. Dans le port de Saint-Malo, les pêcheurs sont résignés.

>> LIRE AUSSI - Pêche post-Brexit : un plan de sortie de flotte pour les bateaux sans licence

"On a l'impression que la France baisse les bras"

Il est 19 heures à Saint-Malo. Les quais du port sont plongés dans la nuit noire. Maxime Prével et ses hommes déchargent des caisses d'araignées de mer pêchées autour de Jersey et Guernesey. C'est la fin d'une longue et laborieuse journée, mais ce capitaine aime ça. Hors de question pour lui de troquer son travail sur ce bateau de 16 mètres contre une indemnité. "J'aime mon métier et je préfère aller en mer et aller gagner le fruit de mon travail. Il y avait un traité jusqu'en 2025. Là on se fait déjà bousculer et on n'est qu'en 2021. On a l'impression que la France baisse les bras. Ça fait penser à un renoncement. Ça fait peur", s'inquiète le pêcheur.

Julien Camus, lui, est plus amèr. Sa licence pour remonter de la Saint-Jacques des eaux britanniques n'a pas été renouvelée cette année et les raisons lui échappent. Son bateau, qu'il a acheté r...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles