Pêche post-Brexit : un plan de sortie de flotte pour les bateaux sans licence

·1 min de lecture

La ministre française de la Mer Annick Girardin a dénoncé jeudi l'absence de volonté de coopérer de l'île anglo-normande de Jersey dans le cadre des difficiles négociations post-Brexit, indiquant préparer des "plans de sortie de flotte" pour indemniser les navires français qui n'obtiendraient in fine pas de licence. "Il est définitivement évident que Jersey ne respecte pas l'accord Brexit, pire, il démontre une non-volonté de coopérer avec nous", a déclaré la ministre lors d'une intervention aux assises de la pêche organisées à Saint-Pol-de-Léon, dans le Finistère.

>> LIRE AUSSI -Pêche post-Brexit : "Je n'ai pas envie de changer de métier, mais j'y suis contraint"

La France réclame encore quelque 150 licences de pêche

La ministre a rappelé que 46 demandes d'autorisations étaient encore sans réponse et que 52 licences avaient expiré le 31 octobre, "dont 13 prioritaires, privant ces pêcheurs d’un accès aux eaux de Jersey". "Pour faire pression" sur le gouvernement de Saint-Hélier, elle a demandé à ses services "de renforcer fortement les contrôles sur les navires britanniques" dans la zone. 

En vertu de l'accord de Brexit signé fin 2020 entre Londres et Bruxelles, les pêcheurs européens peuvent continuer à travailler dans les eaux britanniques à condition de pouvoir prouver qu'ils y pêchaient auparavant. Mais Français et Britanniques se disputent sur la nature et l'ampleur des justificatifs à fournir. 

Dans les zones encore disputées, les gouvernements de Londres et des î...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles