Pêche post-Brexit : "On a été trop gentils, il est temps de taper sur la table"

·1 min de lecture

Dix mois après l'accord post-Brexit sur la pêche, la situation est toujours tendue entre Paris et Londres, et les pêcheurs en font les frais. Mathieu Pinto attend depuis le début de l'année 2021 sa licence l'autorisant à pêcher dans les eaux britanniques, là où il réalisait 50% de son activité. Depuis dix mois, le jeune patron pêcheur a dû chercher d'autres zones de pêche plus loin dans la Manche, mais il a du mal à joindre les deux bouts. "On avait l'habitude de travailler dans une zone assez poissonneuse, et derrière, on nous l'a interdit", se désole le pêcheur.

"Il a fallu changer nos plans. Avec le beau temps cet été, on a pu aller chercher ailleurs. Mais maintenant que le prix du gasoil augmente, tout le monde commence à tirer la langue", poursuit-il.

>> Retrouvez Europe matin week-end - 6-7 en podcast et en replay ici

Selon lui, les Britanniques ne respectent pas leur accord sur la pêche depuis le Brexit. Alors, pour Mathieu, le gouvernement français a bien raison de prévoir des mesures de rétorsion, comme l'interdiction pour les Anglais de débarquer leur poisson à Boulogne-sur-Mer. "On a été trop gentils, donc je pense qu'il est temps de taper sur la table, de fermer un peu les robinets, et d'essayer de les pénaliser sur certaines choses", confie le pêcheur.

35 dossiers en attente

"Il y a énormément de poissons anglais vendus en France. Donc, ça peut faire énormément de bruit et faire rapidement bouger les choses", assure Mathieu Pinto. Il "l'espère" en tout cas&q...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles