Pêche post-Brexit : à quoi s'attendre si les négociations n'aboutissent pas ?

·1 min de lecture

Chaque jour qui passe représente des pertes colossales pour les pêcheurs français. Dans les accords signés pour le Brexit, "il était prévu que des licences soient accordées à des patrons de pêche qui devaient prouver qu'en 2016, ils pêchent dans les eaux britanniques", explique Jean-Marc Puissesseau, président-directeur général du port Boulogne-Calais, au micro de Thierry Dagiral sur Europe 1. Deux types d'embarcations peuvent difficilement prouver qu'elles ne trouvaient bien en mer à cette époque-là.

>> Retrouvez le journal de la mi-journée week-end en podcast et en replay ici

Une situation "mesquine"

Tout d'abord les fileyeurs, qui n'avaient alors pas l'équipement nécessaire "qui se veut le seul moyen de repérer et de prouver" leur emplacement cette année-là, mais aussi des bateaux plus grands, "qui ont été vendus depuis 2016 donc les patrons de pêche n'ont pas d'historique". Pour Jean-Marc Puissesseau, "c'est vraiment très mesquin" de la part du Royaume-Uni puisque "cela représente un chiffre d'affaires ridicule par an" pour eux "sachant que les Britanniques ne mangent pas de poisson".

>> LIRE AUSSI - Pêche post-Brexit : "Je n'ai pas envie de changer de métier, mais j'y suis contraint"

Pêcher en eaux britanniques est primordial pour les pêcheurs. Ils y trouvent des poissons plus nobles comme le rouget et l'encornet qui se vendent autour de 16 euros le kilo. Ce dernier tout particulier est "débarqué par tonne sur le port de Boulogne" d'après le directeur du port...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles