Pêche : « la balle est dans le camp des Britanniques », affirme Macron

·1 min de lecture

Johnson et Macron se sont rencontrés à Rome ce dimanche afin d'apaiser les tensions entre Londres et Paris autour de la pêche dans la Manche.

Le président français Emmanuel Macron s'est entretenu ce dimanche 31 octobre dans la matinée avec le Premier ministre britannique, Boris Johnson, en marge du G20 à Rome, en Italie, pour la première fois depuis la crise des sous-marins australiens, et dans un contexte de tensions entre Paris et Londres, notamment sur la pêche. Alors que les deux dirigeants ont décidé de travailler à « des mesures pratiques » dans « les tout prochains jours » pour favoriser « une désescalade » dans le conflit sur la pêche, a annoncé l'Élysée en fin de matinée, les désaccords ne sont pas encore complètement réglés.

« La balle est dans le camp des Britanniques » dans la crise sur la pêche entre la France et le Royaume-Uni, a déclaré Emmanuel Macron, en rappelant que des mesures de rétorsion s'appliqueraient mardi prochain si Londres n'acceptait pas la « désescalade » proposée par Paris. « Si les Britanniques ne font aucun mouvement, les mesures du 2 novembre devront se mettre en place, car ce sera une fin de non-recevoir », a prévenu le président français, en disant « espérer qu'il y aura demain une réponse positive », alors que Boris Johnson demandait une levée des menaces françaises.

Le gouvernement britannique, lui, a affiché sa fermeté face à la France dans le conflit sur les licences de pêche post-Brexit et contesté le compte rendu français, affirmant que sa position « n'a pas changé ». « Si le gouvernement français veut se présenter avec des propositions pour une désescala [...] Lire la suite

VIDÉO - Crise de la pêche franco-britannique : Paris et Londres veulent œuvrer à la désescalade

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles