Pêche: après 4 ans de négociations, un accord est finalisé avec l'UE mais Madagascar est insatisfait

© Reuters / Tony Gentile

Madagascar et l’Union européenne s’entendent sur un nouvel accord de pêche au thon. Vendredi, les deux parties ont enfin réussi à trouver un terrain d’entente après quatre ans d’âpres négociations. Par rapport à l’ancien accord datant de 2014, deux changements principaux sont à noter : une réduction de l’effort de pêche, c’est-à-dire moins de bateaux européens autorisés à pêcher dans les eaux territoriales malgaches et une augmentation du prix à la tonne. Des compromis trouvés, bien en deçà, néanmoins, des fortes attentes de la partie malgache, qui affiche son insatisfaction.

avec notre correspondante à Antananarivo, Sarah Tétaud

Côté européen, on se félicite de « l’accord gagnant-gagnant » trouvé après tant d’années de mésentente. Pour Emmanuel Berck, négociateur pour l’Union européenne, ce texte constitue une double avancée.

« Ce nouveau protocole, je dirais qu’on l’a ajusté à l’état des ressources. On est très soucieux de la conservation des thonidés dans la région. On a adapté les quantités de capture prévues (14 000 tonnes par an, NDLR), on a réduit à la baisse le nombre de navires de pêche (passant ainsi de 94 à 65). On a été très prudents de ce point de vue-là ; et en même temps, on a augmenté les contributions financières de l’Union européenne et les redevances des armateurs au profit de Madagascar. »

« L’Union européenne a fait des concessions et Madagascar aussi, des concessions essentielles pour trouver un accord, qui est un point d’équilibre qui satisfait les deux parties », conclut le représentant de l’Europe des Vingt-Sept.


Lire la suite sur RFI